Lindemann Law

Conformité aux sanctions internationales à 360° – Les meilleures pratiques

Aperçu des défis de conformité de l’OFAC, de l’UE et des États-Unis

Lors de la récente table ronde du 16 novembre 2023 au Caspian Week Forum 2023 à Dubaï, d’éminents experts, dont Matthew Bryza, Alexander Lindemann, Mike Parker, David Peyman, Stephanie Rice et Tatiana Zakharova, ont abordé le monde complexe des sanctions imposées par des entités telles que les États-Unis, l’Union européenne et l’OFAC. Ils ont examiné les défis auxquels sont confrontées les entreprises touchées par inadvertance par ces sanctions, en soulignant le rôle crucial de l’expertise juridique pour naviguer dans le paysage de la conformité. Les principaux sujets abordés ont été l’impact sur les différents secteurs, le processus de radiation de la liste des sanctions et les stratégies de gestion des comptes bancaires gelés. L’événement a mis en évidence la nature dynamique des sanctions et l’importance de rester informé et de s’adapter à cet environnement juridique en constante évolution.

Au cours de la discussion animée, nos experts sont parvenus à un consensus sur le fait que les sanctions peuvent avoir un prix élevé pour les personnes et les entreprises qui n’ont pas l’intention d’être sanctionnées. Des acteurs clés tels que les exportateurs, les transporteurs, les banques et les assureurs se retrouvent souvent involontairement piégés par l’évolution rapide du paysage des sanctions. En fait, une grande majorité des personnes et des entreprises dont les activités sont perturbées, en particulier celles dont les comptes bancaires sont gelés, ne sont pas les cibles réelles des sanctions imposées par les États-Unis, l’Union européenne ou la Suisse. Dans de tels cas, des avocats experts fournissent des conseils juridiques précieux, facilitent les clarifications et obtiennent des licences auprès des autorités chargées des sanctions telles que l’OFAC, le Seco suisse, les ministères des finances et les départements d’État concernés afin d’atténuer les effets involontaires des sanctions sur les parties affectées.

À l’inverse, des centres de contournement sont apparus dans les 130 pays qui n’ont pas imposé de sanctions en réponse à la situation en Ukraine. Les biens et services sanctionnés, tels que les biens militaires et à double usage, ainsi que les services financiers, parviennent indirectement en Russie via des centres de contournement bien établis dans la région de la mer Caspienne, notamment en Turquie, aux Émirats arabes unis, au Kazakhstan, en Chine, en Géorgie et en Arménie. Les opérateurs des États-Unis et de l’Union européenne sont tenus de mettre en œuvre des mesures de diligence raisonnable renforcées afin d’empêcher les activités de contournement. Ces pratiques de diligence raisonnable sont renforcées non seulement par la responsabilité pénale, mais aussi par les services de conformité de toutes les banques américaines et européennes, qui examinent minutieusement les transactions susceptibles de faciliter les activités de contournement. En outre, les États-Unis et l’Union européenne ont imposé des sanctions secondaires à plus de 200 personnes et entreprises opérant dans ces centres de contournement.

Télécharger notre présentation

Nous exprimons notre profonde gratitude à tous nos experts, y compris :

  • Matthew Bryza de Ballard Partners (cabinet de lobbying) et ancien ambassadeur en Azerbaïdjan (retraité)
  • Michael (Mike) Parker, associé du cabinet d’avocats Arktouroscabinet d’avocats et professeur adjoint de droit de la sécurité nationale au sein du programme d’études de sécurité de l’université de Georgetown, ancien procureur fédéral au sein du secteur du blanchiment d’argent et du recouvrement d’actifs du ministère américain de la justice (MLARS) et ancien enquêteur sur les sanctions et chef de section de la division de l’application des lois de l’OFAC.
  • David Peyman, ancien sous-secrétaire d’État adjoint des États-Unis pour le financement de la lutte contre la menace et les sanctions, conseille les plus grands acteurs maritimes du monde, les institutions financières, les entreprises de haute technologie et de défense, les fabricants de produits pharmaceutiques et les entreprises du secteur de l’énergie en matière de commerce international, de conformité et d’établissement de relations positives avec le gouvernement américain, et il est témoin expert dans les arbitrages internationaux.
  • Stephanie Rice, fondatrice et associée directrice de Vigilance Consulting Group, ancienne enquêtrice à l’OFAC.
  • Tatiana Zakharova, LL.M., notre chef des sanctions

Le panel était animé par Alexander Lindemann, notre Managing Partner et président du Swiss Capital Market Forum.

Les membres du panel ont échangé leurs points de vue sur les défis auxquels les avocats sont confrontés lorsqu’ils représentent des clients dans des affaires liées aux sanctions. Ils se sont penchés sur les subtilités de la suppression d’individus et d’entreprises des listes de sanctions de l’UE, de la Suisse ou de l’OFAC des États-Unis. En outre, ils ont exploré la question des comptes bancaires gelés alors qu’ils ne figurent sur aucune liste de sanctions et ont discuté de la manière dont les experts juridiques peuvent aider à débloquer ces comptes, souvent en obtenant les confirmations nécessaires de la part des autorités chargées de l’application des sanctions.

Depuis février 2022, les entreprises sont confrontées à des sanctions en constante évolution concernant la situation en Ukraine, imposées par plus de 50 pays, dont les États-Unis, l’Union européenne, la Suisse, l’Ukraine et la Russie. Ces sanctions couvrent un large éventail d’activités entre la Russie et le reste du monde, notamment le commerce, en particulier le plafonnement des prix du pétrole et du gaz, les métaux, les engrais, l’achat, l’importation et le transport, l’assistance financière, par exemple l’assurance, le financement via les marchés financiers et les comptes bancaires.

 

Dernières informations

Respect des sanctions contre la Russie : Leçons apprises sur les réglementations de l’UE et de la Suisse

Switzerland adopts 6th EU sanctions package and clarifies prohibitions for trustees, auditors, tax advisors and public relations

Switzerland adopts sanctions imposed by the EU against Russia

Compétences connexes

Retour en haut